1914-1918

1914 – 1918 : Guerre d’images – Images de guerre

Du 28 septembre 2016 au 8 janvier 2017

Une co-production :
Musée Würth France Erstein
The Getty Research Institute, Los Angeles
Les Musées de la Ville de Strasbourg

L’exposition, dont le titre original est « World War One: War of Images – Images of War », a été conçue et réalisée par The Getty Research Institute à Los Angeles et montrée pour la première fois à Los Angeles (Californie), puis au Kemper Art Museum à Saint Louis (Missouri).

Le Musée Würth constitue l’étape européenne et française de l’exposition et permet ainsi de découvrir l’iconographie de propagande qui a prospéré entre les belligérants durant la Première Guerre mondiale, ainsi qu’une sélection de témoignages d’artistes.

Le projet présenté à Erstein est enrichi par une section régionale réalisée par les Musées de la Ville de Strasbourg : « L’Autre guerre. Satire et propagande dans l’illustration allemande ».

Félix VALLOTTON
La Tranchée
Suisse/Schweiz (1865-1925)                                                                            
Gravure sur bois
C’est la guerre ! (1915-1916) : pl. 1
The Getty Research Institute, Los Angeles
Don du Dr. & Mrs. Richard A. Simms 

Le premier conflit majeur du 20ème siècle a été le théâtre d’expérimentation de techniques modernes de destruction. Ainsi le bilan final de la Première Guerre mondiale fait état de 20 millions de morts, 21 millions de blessés, de dommages incalculables sur les champs de batailles et dans les villes d’Europe. L’effondrement de trois empires a tout simplement redessiné la carte de l’Europe et du monde.

Harry R. HOPPS
Destroy this Mad Brute – Enlist
USA (1869-1937)
Lithographie polychrome
Vers 1917
Louis and Jodi Atkin Family Collection
Modern Graphic History Library, Department of Special Collection
Washington University Libraries

Toute une génération d’artistes a été directement concernée par ce conflit, et par là même toute la culture moderne de l’époque.
L’objectif final des belligérants était de déterminer qui allait dominer l’Europe – politiquement, économiquement, mais aussi culturellement – au 20ème siècle. Si dans les décennies précédant la Première Guerre mondiale, l’art moderne a été un véritable phénomène international, avec des artistes, des œuvres et des idées se déplaçant librement par-delà les frontières, le conflit a mis un terme radical à cet échange artistique intense, puisque les lignes de front ont non seulement cloisonné les nations, mais aussi les cultures.

Lucas GRAEFE
Gedrängte Frühjahrsübersicht von Europa im Jahre 1915 /
Chamboulement du panorama de l’Europe au printemps 1915
Musée historique, Strasbourg

 Cette exposition propose d’examiner la Première Guerre mondiale à travers un double prisme : l’utilisation de la propagande dans le conflit et sa description par les artistes qui se sont retrouvés sur les lignes de front. Depuis toujours, la propagande consistait pour chaque belligérant à diffuser de soi l’image d’une nation culturellement supérieure confrontée à un ennemi barbare et attardé. Pour la première fois, cette propagande prit une nouvelle dimension à travers des journaux populaires et d’autres supports graphiques, en dépeignant l’ennemi non seulement comme un danger militaire, mais également un danger pour l’avenir même de la civilisation européenne.

Deux réalités vécurent ainsi en parallèle : d’un côté, les soldats qui servaient au front, de l’autre une réalité mise en scène par la propagande, dont l’idéalisme ne pouvait engendrer que très rapidement le désenchantement : ainsi la guerre d’images finit-elle par entrer brutalement en collision avec les images de guerre.

 L’exposition « 1914 – 1918 : Guerre d’images – Images de guerre » a obtenu le label « Centenaire ».