Sylvain Chartier – La cour

Chemin de sculptures de Sylvain Chartier
dans le parc du musée

« La Cour »

Du 21 mai 2016 au 31 juillet 2017

 

« Jusqu’en 1995, lorsque des corps apparaissaient, c’était de manière fortuite ou inconsciente. Étant surtout concentré à développer dans l’espace des juxtapositions de plans et de surfaces arrondies, je faisais vibrer la lumière par des jeux d’ouvertures à l’intérieur et à l’extérieur de mes formes. À partir de 1995, je prends le parti de représenter le corps avec la même envie, celle de me laisser surprendre par le caractère des matériaux utilisés et d’expérimenter, en plus de la terre et du plâtre, la cire, le bronze, l’aluminium et le fer. Des déclinaisons de petites formes sont créées dans le confinement de l’atelier et s’épanouissent avec leurs projections agrandies, prévues pour être exposées à l’échelle d’un espace extérieur : jardin, parc, forêt, paysage urbain.

Le dessin dans l’espace m’intéresse toujours. Les matériaux comme le fer, le bronze ou l’aluminium vont me permettre d’inscrire durablement mes projets dans l’espace public. Des structures fines, souvent répétées, conçues pour être installées en équilibre instable, dialoguent en transparence avec l’espace ou l’architecture du lieu. Ces sculptures-dessins ont autant de présence que des sculptures pleines et massives.

Photo : Klaus Stoeber

Lorsque des lieux réunissent la nature et les arts comme le parc du Musée Würth, cela excite mon imaginaire et ma créativité.
Le parc, par son attrait paysagé, appelle à la flânerie et à la contemplation. Il peut accueillir une installation de sculptures et initier un dialogue avec les œuvres exposées dans le musée.
La série LA COUR est inspirée d’une série de figurines réalisées en cire directe en 2014. Imaginés sous forme de petits dessins, neuf couples de figures, de trois à quatre mètres de haut, ont pris corps en métal grâce à un travail en étroite  collaboration avec des entreprises et un savoir-faire local.
La couleur s’est imposée à moi au rythme du bal des voitures entrant et sortant  chez le carrossier où mes sculptures ont été peintes. »
  Sylvain Chartier

Accès libre au parc pendant les horaires d’ouvertures du musée.