Tout public
24 €, 20 € (tarif réduit)

CINÉPIANO, MON AMOUR

Voir plus

Commence dans 25 Jours, 18 Heures

10 novembre 2018 20 h 00

Projection de "La Valse dans l'ombre" de Mervyn Leroy

Film américain réalisé par Mervyn LeRoy avec Vivien Leigh, Robert Taylor.
Date de sortie : 1940

Synopsis

Londres, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, le colonel Cronin fait ses adieux à Myra, la femme dont il est fou amoureux depuis leur première rencontre, en 1917. Ils devaient s’unir, mais la guerre en a décidé autrement et Cronin doit rejoindre le front français. Peu de temps après, la jeune femme voit son nom dans la rubrique des « morts au combat » : sans emploi, son univers s’écroule et oscille entre misère totale et prostitution.

Film présenté par Jean-Marc Luisada qui introduira cette projection en interprétant les Intermezzi opus 117 de Johannes Brahms.

LE PROGRAMME

JOHANNES BRAHMS (1833-1897)
Trois Intermezzi opus 117
Andante moderato
Andante non troppo e con molta espressione
Andante con moto

Durant presque toute son existence, Johannes Brahms mena une double carrière de compositeur et d’interprète. Aux dires des témoins, Brahms était un pianiste de grand talent sans être un virtuose comme Clara Schumann, et, curieusement, il ne laissa pas un catalogue important d’œuvres pour piano solo, moins en tout cas que des compositeurs-pianistes tels Mozart, Beethoven, Schubert, Chopin, Schumann ou Liszt.

C’est au cours de ses dernières années que Brahms atteint le sommet de son inspiration et compose au cours des étés 1892 et 1893, vingt pièces qui constituent son testament pianistique : les Fantaisies opus 116, les Intermezzi opus 117, les Klavierstücke opus 118 et les Klavierstücke opus 119. Brahms nommera les trois Intermezzi opus 117 Berceuses de ma douleur. La première porte en épigraphe les vers d’une berceuse écossaise traduite en allemand par Johann Gottfried Herder : Dors tranquille, mon enfant, dors tranquille et sage ; j’ai tant de peine à te voir pleurer. Le thème tendre, maternel et délicat est en parfaite adéquation avec le texte. La partie centrale avec son sombre mi bémol mineur traduit le désespoir de la mère abandonnée. Dans l’écriture, le deuxième Intermezzo en si bémol mineur se souvient de Schumann dont les thèmes feutrés sont signés Eusebius ou Florestan, mais le ton d’irrépressible douleur est bien brahmsien. Le troisième en ut dièse mineur qui évoque une ballade nordique est une des plus belles œuvres de Brahms. Son thème est empreint d’angoisse et de renoncement. Une section mouvementée joue sur les clairs obscurs et crée un univers crépusculaire. Est-il une lamentation d’amour ?

La valse dans l’ombre © Warner Bros. All Rights Reserved

Formule billetterie 2 concerts du jour : 28 €

– Concert Jeunes Talents du Conservatoire de Strasbourg (17h)
– CINÉPIANO, MON AMOUR, Jean-Marc Luisada (20h)